Langues
 
Technique - Astuces
Evènements
Webmaster
Recherche



Visites

   visiteurs

   visiteurs en ligne

01 - Le matériel - L'énergie sur le terrain

En campagne, le premier problème pour l'utilisation d''un instrument d'astronomie moderne est l'énergie électrique. Au début lors des premières observations j'ai prévu une batterie, sans me soucier de l'autonomie de celle-ci dans les conditions d'utilisations extrêmes que sont l'observation par grand froid (jusqu'à -20°C). Au début, j'alimentait avec une batterie de sèche de 8Ah, les moteurs de ma monture SP et cela me suffisait pour une nuit d'observation. Mais très vite je me suis rendu compte que les batteries des EOS avaient le mauvais gout de me lâcher les unes après les autres en plein milieu d'une série de poses surtout par grand froid, et que les piles de mon réticule éclairé flanchaient aussi juste après avoir changé celle de l'APN, loi de Murphy oblige. De plus la technique évoluant, je suis passé à l'autoguidage, ce qui rajoute l'énergie de fonctionnement d'un ordinateur portable. Il semblait plus que nécessaire d'augmenter la capacité d'énergie électrique disponible sur le terrain. Je suis donc passé naturellement à la batterie au plomb de voiture de 50 Ah (cas classique), puis j'ai opté pour une alimentation 12V de mon APN (voir ici), j'ai acheté un convertisseur 12V / 19V pour mon portable un  Fujitsu Siemens Amillo et j'ai bricolé une alimentation d'une Led rouge pour l'éclairage des différents réticules. Mais comme d'habitude sans le moindre calcul, je me suis dit c'est bon ça passe! Sauf qu'au bout de 2 utilisations, ma batterie m'a lâché en pleine nuit, alors que je l'avais chargé avant le départ ... Au passage, j'utilisais un chargeur bas de gamme qui n'arrête pas la charge, il me fallait surveiller, comptabiliser le temps de charge et arrêter la charge manuellement. frown

Alors est venu le temps du bilan énergétique d'une nuit astro... et après des recherches sur internet mes apriori ont volé en éclat. Tout d'abord le plus lourd de conséquence, une batterie de 50Ah ne doit pas être déchargé à plus de ... 25Ah (demi charge) sous peine de destruction. Ensuite en 12V la longueur des câbles et la section est critique: Sur 5m
pour un câble de 0,75mm² de section, j'ai mesuré une chute de tension de 0,4V par câble ce qui fait pour 1A -> 0.8W de perdu soit 7% de perdu.  Je l'ai remplacé par un câble de 1,5mm² sur 5m de longueur la chute de tension n'est plus que de 0,15V par câble (Perte de puissance=0,3W pour 1A). Enfin l'ordinateur portable est un gouffre à énergie électrique. Mon Fujitsu Siemens consomme en moyenne une intensité de 3A (sous 12V), alors j'ai acheté un EEPC le MSI 100U qui permet de économie importante "puisqu'il ne consomme que 1A ". J'ai profité de l'occasion pour mesurer la consommation des moteur de la monture Perl Vixen Super Polaris (idem GP): 320mA +/- 30mA, et la consommation d'un APN voir ci-contre:

Mode Intensité EOS 350D
+/- 5mA
Intensité EOS 300D
+/- 5mA
Position ON 30mA 123 mA
Déclencheur 1/2 100mA pendant 10s 230mA pendant 10s
Ecran LCD 197 mA 237 mA
Ecran LCD
après 3s
133 mA 237 mA
Ecran LCD (info) 129 mA 237 mA
Pendant une pose 247mA 243 mA
Pour ce qui est de la monture takahashi NJP avec MCMTII - la consommation est de 0,7 A en suivi et 1,7A en pointage sous 12V.

Date de création : 24/06/2009 @ 00:28
Dernière modification : 04/11/2009 @ 10:52
Catégorie : 01 - Le matériel
Page lue 3040 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article


react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



^ Haut ^